Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Nov

La réalcoolisation

Publié par CHRS "le Grand Saint Jean"  - Catégories :  #alcool réflection dépendance

La réalcoolisation

Voici quelques témoignages au sujet de reprise d'alcool dans un parcours de soin.

La réalcoolisation est insidieuse. Le jour où je me suis sentie guérie j'étais sùre de moi, je pouvais enfin maintenant, gérer ma consommation, j'en étais certaine. Un matin, de bon heure j'achète une bouteille en me disant que je pourrai boire le vin pour son goût et non pas pour son effet. Le premier jour je suis écoeurée, un verre était de trop, je jette tout dans l'évier. Cette après midi de la même journée je suis rattrapée par l'ennui, je me promène dans mon quartier et je m'installe à la terrasse d'un café. L'envie d'alcool revient, je bois un kir et puis deux, cette fois l'engrenage se remet en route. Dès le lendemain j'avais atteint une consommation que je ne pouvais plus maîtriser. L'envie d'alcool me prends le matin au réveil cette fois je le bois pour m'anesthésier régulièrement. Cette rechute a été déclenchée par un mal être, ma vie de couple ne me plaisait plus. Dans mon travail je ne savais pas dire non, j'étais épuisée par les horaires. Le matin je buvais pour me donner du courage, juste une certaine dose, puis le soir je cherchais l'oubli de ma vie ratée. L'alcool était un somnifère beaucoup plus éfficace que n'importe quel médicament. Mon corps était à nouveau devenu dépendant, et pour stopper cet engrenage, je devais repasser par l'hôpital, le sevrage et la cure.

Un samedi matin, j'étais invitée à manger. J'ai trouvé un pretexte pour aller acheter un dessert. Mais en fait j'avais dans l'esprit d'aller boire un verre. J'ai donc été au bar commander une vodka (je ne m'étais jamais alccolisée dans un bar auparavant), et la, j'ai regardé autour de moi et je me suis sentie mal. Je n'avais rien a faire ici, entourée des buveurs du midi. J'ai regardé mon verre, il était déjà vide. Je me suis levée et je suis partie. Je me suis trouvée dans une situation qui n'avais aucun sens, car pour retrouver cet état d'euphorie que j'avais avant, il fallait que je consomme plus. Je n'en avais pas envie, on est tellement laid quand on boit et mon enfant m'attendait. La réalité est que l'abstinence doit être totale car le piége est mortel. J'ai su réagir immédiatement. Aujourd'hui je suis fiére de moi, sachant que le combat est long et difficile.

C'est dur de se dire qu'il faut rester abstinente pour toute sa vie, alors il y a des moments ou on se dit : "tiens, je vais m'autoriser un verre, juste un ....", quand j'ai eu une mauvaise nouvelle, quand je suis ennervée ou pour me détendre.

Personnellement, à chaque fois que j'ai fait une "rechute", je n'ai pas pu boire que un seul verre. Il faut que je boive la bouteille. Le gros soucis d'une réalcoolisation, c'est que cela redeclenche tout le mecanisme de la dépendance. Alors il est clair qu'aprés ça, il faut surtout pas le faire les jours suivants, sinon, la dépendance se réinstalle.

Commenter cet article

cynthia gress 03/12/2012 23:01

c bien triste courage a cette personne et toute celles qui subisse sa

À propos

Un chrs spécialisé en addictions (alcoolo-dependance) qui accueille des femmes et leurs enfants de moins de 6 ans